Philippe_Seguin___Clermont
   Philippe Seguin, décédé ce matin à Paris, était un républicain intransigeant – un des derniers « vrais » gaullistes, en fait- et donc, se méfiait, à juste titre, de la tour de Babel européiste que Maastricht nous construisait.


   A l’heure où les commentateurs politiques tartinent leurs condoléances, avec larmes de crocodiles à l’appui, souvenons-nous de Seguin le rebelle, de Seguin, le pugnace président de la Cour des comptes, de Seguin à qui on ne la faisait pas et inspirons-nous de ses qualités d’intransigeance face aux dérives subies par notre malheureuse France.

   J’ai eu l’occasion de le rencontrer, il y a maintenant onze ans, à Clermont-Ferrand. Venu chez nous pendant la campagne des régionales de 1998, celui qui était alors président du RPR, fut reçu à la permanence de la liste de Valéry Giscard d’Estaing : « Une Auvergne d’avance ». Au cours d’un pot d’amitié (photo), l’ancien président de la République remit à Seguin un exemplaire des « Pensées » de Blaise Pascal, auteur que nous pouvons, avant que la prochaine campagne électorale pour les régionales commence, relire avec bénéfice.

SW

Lire, à propos de Ph. Seguin, l'excellent article de Mathieu Bédard sur le site "Un monde libre", intitulé:

"Comment Séguin a redoré le blason de la Cour des comptes"