S_nat

Pourquoi, lorsqu’il atteint ses soixante ans, tout élu de droite au palais du Luxembourg aspire-t-il à devenir président du Sénat ? Et pourquoi celui qui le devient s’accroche-t-il à son poste jusqu’à ce que Dieu le rappelle à lui ?

J’ai eu récemment la réponse à ces questions qui me turlupinaient depuis longtemps. Je sais maintenant pourquoi Christian Poncelet s’agrippe à son fauteuil comme un naufragé à sa planche et ce qui fait courir messieurs Raffarin, Gaudin et Larcher (1). En France, le président du Sénat vit comme un monarque dans son  palais, comme un émir d’un état du Golfe, comme un coq en pâte. C’est bien agréable, lorsqu’on devient vieux, d’espérer vivre et, pourquoi pas, mourir dans la magnificence républicaine.

Il faut savoir que Marianne est vraiment une bonne fille pour ces vieux messieurs, avec notre argent il est vrai. Le magazine Capital, qui épingle régulièrement les gaspillages publics, nous apprend, dans son numéro de juillet, que « comme la reine d’Angleterre, le président du Sénat a sa liste civile. Négocié discrètement avec les questeurs (donc avec ses collègues) de cette assemblée, le budget dévolu à Christian Poncelet n’est pas rendu public (devinez pourquoi) mais il atteindrait environ 2,5 millions d’euros. De quoi employer une vingtaine de domestiques dans deux appartements de fonction (pourquoi deux ? Mr Poncelet a t-il deux familles comme feu François Mitterrand ?): l’un au cœur du Palais du Luxembourg, l’autre rue Bonaparte. » Les largesses octroyées par ses collègues lui permettent en outre de garnir une cave de 8500 bouteilles de vins de grands crus, de rémunérer 25 conseillers, 17 secrétaires et d’entretenir une quinzaine de 607 Peugeot servant de voitures de fonction à tout ce joli monde. Sans oublier l’indemnité présidentielle se montant à 180 000 euros par an.

Vous comprenez pourquoi les papys présidents font de la résistance et pourquoi de nombreux élus de cette haute assemblée, même s’ils appartiennent à la même famille politique, sont prêts à toutes les guerres fratricides pour devenir calife à la place du calife. Qu’ils prennent garde cependant. Beaucoup de Français pensent (à tort selon moi) que le Sénat est inutile. Que ces largesses soient connues et la fronde anti Sénat pourrait reprendre de plus belle.

SW

(1) Gérard Larcher est un jeunot entre nous soit dit: il n’a que 58 ans. Il est vrai qu’à cet âge nombre de ses compatriotes sont déjà en retraite.