« Dis-moi, depuis la classe de terminale au lycée où nous étions ensemble qu’es-tu devenu ?le_vol_du_bourdon2

-      J’ai terminé mes études de médecine et je vais ouvrir un cabinet en ville. Et toi ?

-      Moi ? Je vends des maisons.

-     Oh ! Merde ! »

C’est la première anecdote, vécue, qu’Hervé Gougeon nous propose pour illustrer une de ses idées lors de sa conférence : Les chemins de la réussite .

Invité du Groupement des créateurs d’entreprises (voir mon article du 15 février), ce petit breton moustachu est l’un des chefs d’entreprises les plus inspirés, les plus dynamiques et les plus pédagogues que l’on puisse trouver, doublé d’un artiste de talent.

Grâce à ce Monsieur 100 000 volts de la motivation des gens d’entreprises, créateur en 1985 d’EDIFIA, organisme d’ingénierie, de conseil et de formation, l’amphithéâtre de l’Ecole Supérieure de Clermont se transforma en music-hall. Alternant histoires drôles, mais significatives, et explications pédagogiques, Hervé Gougeon se montra un dynamiseur de première.  Son message :

Ne soyez pas prisonniers de vos préjugés, sinon ils se réalisent. Ne sombrez pas dans la maladie de l’excuse : si vos résultats ne sont pas bons, changez de comportements et respectez vos engagements.

Acceptez-vous tels que vous êtes et n’ayez pas honte, devant vos amis médecins et les autres, de vendre des maisons si tel est le cas. N’oubliez pas d’écouter les autres, d’observer ce qui se passe autour de vous, surtout ce qui marche et ne focalisez pas sur ce qui ne marche pas. Ne soyez pas efficaces, soyez efficients: faites la bonne chose plutôt que faire bien les (mauvaises) choses.

Faites part aux autres de ce qui va bien. Ayez des buts et un plan pour les atteindre et surtout, soyez  persévérants et enthousiastes !

Ces conseils de bon sens, souvent oubliés, ne sont pas destinés aux seuls chefs d’entreprises mais à tout le monde, à vous, à moi, quelles que soient nos activités.

Soyons comme le bourdon, dont Hervé Gougeon a fait son animal fétiche, qui, selon les lois de la physique et les calculs effectués par différentes sommités scientifiques, ne peut voler quand il a le corps et les ailes pleins de pollen mais qui vole quand même. Pourquoi vole-t-il alors ?  Parce qu’il ne sait pas qu’il ne peut pas voler.

Serge Weidmann

Contact : EDIFIA   www.edifia.fr                Mèl : edifia@edifia.fr