au_del__de_l__cran   J’avais décidé, il y a quelques mois, de mettre un terme à mes articles dans Vent d’Auvergne. Et puis, je me suis ravisé et j’ai continué ma production, avec toutefois moins de boulimie qu’avant. Mais, quand même, depuis ce 28 mai 2005, jour où je me lançai dans l’aventure sur Internet, j’en suis à 519 messages en ligne.

   A ce stade, je peux souffler un peu et jeter un regard autour de moi. Première constatation : que sont certains de mes adversaires devenus, qui voulaient casser la droite blogueuse clermontoise et me vouaient aux gémonies ? Trois petits tours dans «Infos Clermont-Ferrand» et puis s’en vont. Manque de souffle et d’endurance sans doute. Les vieux briscards de droite, eux, sont toujours là, votre serviteur, bien sûr, Jean-Noël Delorme et Flavien Neuvy à Cébazat, sans oublier nos conseillers municipaux Nicole Barbin, Jean-Pierre Brenas et Anne Courtillé, plus pugnaces que jamais.

   Ces jours derniers, en faisant un peu le point, je me suis rendu compte de mes faiblesses. J’ai plutôt négligé les commentateurs de mes articles, en ne remerciant pas assez les «pour» et en ne prêtant pas assez d’attention aux «contre». A propos de ces derniers, j’admets parfaitement qu’on ne soit pas de mon avis et, comme je suis plutôt provocateur, mes écrits suscitent parfois des commentaires virulents. Mais certains adversaires ne jouent pas le jeu et manquent singulièrement d’éthique.

   Comme je me bats à visage découvert, j’attends, en retour, que ceux qui m’invectivent ne se cachent pas derrière des paravents d’anonymat pour décocher leurs flèches. Certes, le pseudonyme est à la mode sur la toile, ce qui est, avouons-le, bien commode. Mais quand, en plus, on laisse une adresse électronique bidon, on devient un truand du Net. Attaquer les gens qui se dévoilent, tout en restant anonyme, voilà qui n’est pas d’un grand courage.

   Je n’ai pas, jusqu’ici, malgré mes résolutions, vérifié l’existence des adresses mél de mes commentateurs. C’est mon second défaut : le laxisme. J’y ai remédié hier. La véracité des adresses mél de tous mes commentateurs du mois de juillet a été contrôlée. Deux de celles-ci sont fausses. Comme par hasard, elles émanent de faiseurs de polémiques plutôt agressifs. J’ai donc envoyé leur prose au néant d’où je n’aurais jamais dû les tirer. Dorénavant, tout commentaire à un article déclenchera un courriel de remerciement de ma part à son auteur. Si j’obtiens en retour un avis de non distribution, l’article de l’auteur indélicat ne sera pas publié. Qu’on se le dise !

   Nous le savons tous, certains messages déclenchent parfois des réactions assez violentes. Aussi quand les responsables du site Agora Vox ont fait paraître mon article du 4 juillet dernier, intitulé «Propos rafraichissants sur le réchauffement» ( voir, en bas de cet article, le lien vers la page d’AV), j’ai tendu le dos. Comment les lecteurs allaient-ils accueillir cette charge anti-réchauffement climatique ? Eh bien, je fus agréablement surpris pour deux raisons :

les réactions des «réchauffistes» furent, en général, raisonnables. Pas d’excommunication prononcée, pas de crises émotionnelles ni de diatribes virulentes. Seules deux personnes suggérèrent, sans employer le mot, que je me comportais comme les négationnistes qui refusent de croire à l’existence des chambres à gaz nazies,

un certain nombre d’internautes déclarèrent partager mon opinion. Preuve qu’à la base, les gens commencent à réfléchir, à analyser comptes-rendus et statistiques de toute provenance. On ne peut pas tromper tout le monde tout le temps. Que la raison l’emporte, enfin, et que le débat ait lieu dans la sérénité est un signe encourageant de maturité populaire.

   Aussi, notre gouvernement, qui veut imposer sa taxe carbone, devrait prendre garde. Les Français ne sont plus disposés à gober, sans réfléchir, les affirmations péremptoires des gourous écolos et de leurs apôtres intéressés, surtout si elles doivent amener des taxes nouvelles. Sur ces belles paroles, je vous souhaite de bonnes vacances. A bientôt.

SW

http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/propos-rafraichissants-sur-le-58511?debut_forums=0#forum2161214