Brice_Hortefeux_janvier_2009Après un hommage appuyé au marquis de Frangipani, inventeur présumé de la célèbre garniture de la galette des rois, Brice Hortefeux présenta ses voeux aux quelque quatre cents militants et sympathisants de la majorité présidentielle du Puy-de-Dôme, présents au local de l’UMP, ce samedi 17 janvier 2009.

Voeux courts mais percutants. D’abord le ministre se félicita du «retour de la France au coeur de l’Europe», allusions, notamment, à l’action du président de la République lors de la crise géorgienne et à l’adoption, à l’unanimité des états membres, des dispositions pour l’immigration.

Pour 2009, le nouveau ministre du travail affirma une volonté:

- placer son nouveau et important ministère du travail, qu’il mène avec ce que la presse a appelé ses «drôles de dames» («Je ne me vois guère en Charlie», proteste l’intéressé): Fadela Amara, Nadine Morano et Valéry Létard, un exemple de solidarité

et formula deux voeux:

-que l’action politique limite l’impact de la crise financière mondiale devenue crise économique et sociale

-que la droite se prépare activement aux prochaines échéances électorales:

aux européennes de juin prochain avec un message clair et simple à destination des électeurs,

aux régionales de 2010. A ce propos, Brice Hortefeux attaqua vivement en affirmant «la Région, çà ne marche pas», sauf bien sûr, les impôts et la fiscalité qui connaissent des pics alors que l’investissement diminue. Il rappela que, quand VGE était président de la région Auvergne, pour un euro prélevé, deux étaient investis; aujourd’hui quand un euro est prélevé, un seul est investi. Et de conclure qu’il y a là un défi à relever pour que l’Auvergne retrouve «sa place, son rôle et son rayonnement».

SW