Xavier_GardetteLe « Salon du livre » de Châtel-Guyon, qui se tenait ce week-end, est devenu, avec le temps, un rendez-vous populaire de première importance. Chacun peut y rencontrer, dans une atmosphère bon enfant, les nombreuses gloires littéraires locales présentant leurs œuvres fort diverses.

De la BD au roman noir, en passant par l’essai, le conte, le livre pour enfants, la biographie, le récit du terroir, il y en a pour tous les goûts. Pour moi, c’est l’occasion de revoir des amis de longue date, sœur et frères d’armes de quelques combats, hors littérature, que sont Anne Courtillé, Pierre-Gabriel Gonzalez et François Beal. Et le plaisir de retrouver mon ancien collègue de travail, Xavier Gardette (photo), saisi par le démon tardif de l’écriture.

J’étais loin de supposer, alors que lui et moi conduisions des projets en formation d’adultes au Rectorat de Clermont-Ferrand, que nous tentions d’introduire la démarche qualité dans nos structures administratives un peu figées, que nous traduisions dans notre culture les strictes directives des normes ISO, qu’un émule d’Agatha Christie sommeillait chez ce conseiller en formation continue exigeant. Certes, la profession regorgeait d’hommes et de femmes originaux, voire hors normes, mais quand même.

A l’aube d’une nouvelle carrière, ce futur retraité de l’Education nationale, au sourire éternellement juvénile, se plaît à imaginer des assassins commettant d’horribles forfaits dans les territoires auvergnats les plus tranquilles. Dans son premier roman (*), le sang a coulé dans le bassin minier du Puy-de-Dôme. Une confidence de l’auteur me permet de vous annoncer qu’il coulera très prochainement dans la région de Billom. A suivre.

Que nous réserve Xavier Gardette dans l’avenir ? Le récit d’un affreux crime de sang commis, à Clermont-Ferrand, dans les locaux de la Mairie ou du Conseil général ? Et mettant en scène, sous des noms d’emprunt, les gloires politiciennes locales? Il ne s’agit que d’une suggestion, je n’irai pas plus loin, on m’accuserait de faire, comme on dit en psychologie, de la projection.

Serge Weidmann

(*) « Le démon des sources » par Xavier Gardette aux Editions de la Montmarie                 232 pages 20 euros
Visitez le site de l’auteur : www.xaviergardette.com