effet_de_sert_3«On ne peut vraiment pas dire que Claude Allègre prenne beaucoup de gants quand il traite les problèmes de notre société. Les professeurs de l’Education nationale, qui l’ont eu comme ministre sous le gouvernement de Lionel Jospin, en savent quelque chose. C’est donc sans langue de bois, mais avec le souci constant de s’appuyer sur les savoirs incontestables et d’apporter des réponses en termes économiques, qu’il aborde les questions écologiques.

Son livre : « Ma vérité sur la planète », paru chez Plon en avril dernier, est à la fois une référence scientifique, une charge sans concession contre les tricheurs, les menteurs, ceux que le doyen Cluzel de l’Université de Clermont-Ferrand a qualifié, un jour, d’ «escrologistes», et l’amorce d’un programme politique mariant, pour le meilleur, l’écologie, la démocratie et la croissance… »

Ces deux paragraphes sont les premiers de mon article intitulé : « Le défi écologique de Claude Allègre », paru récemment dans Les Voix du Panda. Vous pouvez le lire dans sa totalité à l’adresse internet suivante :

http://www.panda-france.net/?p=53

Le Grenelle de l’Environnement bat son plein. Son plein d’idées écologiquement correctes qui font la joie de Nicolas Hulot et, je le crains, le malheur des cultures OGM, donc de la recherche agro-alimentaire française et de notre agriculture, pour ne prendre que cet exemple-là.

Heureusement, quelques esprits lucides ne s’en laissent pas conter. Vous lirez avec profit le dossier que le magazine Valeurs actuelles consacre cette semaine à ce sujet avec une interview de Luc Ferry, intitulée : « Arrêtons de nous faire peur ! » puis deux études : « Le ni-ni des OGM » et « Climat : ce que nous dit l’Histoire ».
Le site internet du journal a mis le premier de ces trois dossiers en ligne. Voir:

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=1003

Dans le même temps, Michel de Poncins écrit, dans Le Québécois libre un article au vitriol:"La dictature écologique".

http://www.quebecoislibre.org/07/071104-4.htm

Bigre! En tout cas, le soi-disant consensus français en matière écologique en prend un sacré coup.

Serge Weidmann