CouteauxJ’ai gardé, depuis ma rencontre avec lui, à Montluçon, lors de la campagne des élections européennes de 1999, une haute estime pour Paul-Marie Coûteaux. C’est un penseur de grande valeur doublé d’ un homme d’un abord très avenant.

Bien que je ne le suive pas dans son rejet des USA (« l’Empire », comme il les appelle), bien que je trouve son souverainisme excessif, j’aime son aspect chevalier du Moyen-Age, fait de droiture et de force morale. Il fait de la politique avec les vertus et la force d’un preux allant combattre des barbares.

C’est, en outre, un travailleur acharné. Député européen, il est très actif à Bruxelles et à Strasbourg. Créateur du magazine mensuel : l’Indépendance , il lance actuellement Les cahiers de l’Indépendance, une revue trimestrielle. Essayiste prolixe, il vient d’achever deux livres à paraître prochainement.

Il publia, il y a quelques années, une réflexion originale et, sans doute, essentielle sur le général de Gaulle, intitulée : Le génie de la France : De Gaulle philosophe. Il s’agissait du premier tome d’une étude appelant une suite. Je lui fis parvenir, il y a deux ans, un bouquin de Jean Phaure, intitulé La France mystique, approche méta-historique de notre pays que Coûteaux, qui sait regarder le Ciel, devait, à mon avis, apprécier. Las, sans réponse de sa part, je me perdais en conjectures jusqu’à ces derniers jours. Je reçus, ce quatorze septembre, une lettre manuscrite charmante de notre écrivain, m’avouant qu’il n’avait pu lire le livre avant ce mois d’août 2006 mais qu’il l’avait fort apprécié. Il m’appris qu’il commençait seulement maintenant la rédaction du second tome de son « de Gaulle ».

« Chaque chose se fait à son heure », conclut Paul-Marie Coûteaux, que vous pouvez retrouver sur son site et son blog à : http://www.pmcouteaux.org

Serge Weidmann