Chatel_guyon_des_livres_par_milliersSi je râle souvent devant la montée de l’illettrisme et des atteintes faites à notre langue en France-même, il m’arrive, devant des faits indiscutables, de retrouver mon optimisme. Ce fut le cas, ce dimanche à Châtel-Guyon, où se tenait, pour la vingt-deuxième année, le Salon du livre, organisé par l’Association « Les Amis du Livre en Auvergne-Bourbonnais » et soutenu bien haut, comme on dit à la télé, par le Conseil général du Puy-de-Dôme et l’Agence départementale du tourisme (1).

Non seulement les parkings de la ville étaient saturés mais les véhicules des visiteurs envahissaient chaque mètre carré disponible. Défaut d’organisation ? Non, car celle-ci fut de bout en bout irréprochable, mais rançon du succès. Si Serge Bontemps, le président de l’association à l’origine de la manifestation, attendait 10 000 visiteurs, comme en 2005, les premières estimations, ce dimanche à 16 heures, permettaient d’avancer le nombre de 15 000 minimum.

Rencontres avec près de 250 auteurs, ventes et dédicaces de livres sans oublier les animations-spectacles, les ateliers et une exposition retraçant la vie de Lucien Gachon, écrivain auvergnat et géographe, passionné par la ruralité, tel était le programme alléchant proposé aux Auvergnats…et aux autres. Chacun, bien sûr, organisait son pèlerinage comme il l’entendait.

Pour votre serviteur : retrouvailles amicales avec Anne Courtillé, qui joue maintenant dans la cour des grands écrivains, François Béal, désormais plus « vialattien » qu’Alexandre Vialatte lui-même et Pierre-Gabriel Gonzalez, talentueux journaliste, passionné de généalogie et d’histoire, rencontre à la fois respectueuse et chaleureuse avec « le grand » Jean Markale, vieux Celte ayant déposé ses pénates en Haute-Loire (« Il y a plus de Celtes en Auvergne qu’on le croit » me dit-il, l’air malicieux), prise de contact enfin, avec Christian Bouchardy, l’écologiste au-dessus de tout soupçon, pour l’achat d’un CD Rom.

Une dernière photo: celle de Raymond Poulidor plaisantant avec quelques fans bedonnants et, hop ! retour à Clermont, en oubliant, hélas ! la visite prévue pour dédicace à Jacques Mailhot. Ce sera pour le vingt-troisième salon, en 2007.

Serge Weidmann

(1) Et non par le Conseil régional, sollicité lui aussi. Je reviendrai sur ce refus dans un prochain article.